Devez-vous faire entreprendre des diagnostics contradictoires avant l'achat d'une maison à Maisons-Laffitte ?

Partager sur :
Devez-vous faire entreprendre des diagnostics contradictoires avant l'achat d'une maison à Maisons-Laffitte ?

On connaît les diagnostics techniques que les propriétaires-vendeurs doivent faire entreprendre avant la mise en vente d’un bien immobilier, mais on connaît moins les diagnostics contradictoires. De quoi s’agit-il ? 

Qu’appelle-t-on diagnostics contradictoires ?

Ce sont des contre-expertises réalisées pour vérifier la véracité des informations rapportées par les diagnostics techniques remis par le vendeur. Il s’agit exactement des mêmes diagnostics, mais ils sont réalisés par d’autres professionnels. 

Quel est l’intérêt des diagnostics contradictoires ?

Ils permettent de s’assurer que les rapports contenus dans le DDT (dossier de diagnostics techniques) sont corrects, à jour et complets. Grâce à eux, l’acheteur peut procéder à l’achat d’une maison à Maisons-Laffitte en réelle connaissance de cause et il se protège d’éventuels vices cachés. 

Les diagnostics contradictoires sont-ils obligatoires ? 

Contrairement aux diagnostics immobiliers classiques, ces contre-expertises ne sont pas obligatoires. C’est l’acheteur qui en prend l’initiative et qui s’acquitte des frais induits. Il peut ne faire refaire que certains diagnostics afin d’alléger les dépenses.

Pour quels diagnostics une contre-expertise est-elle requise ? 

Une contre-expertise est possible pour tous les rapports présentés. Cependant, la majorité des acquéreurs n’en planifie que pour le DPE (diagnostic de performance énergétique), le diagnostic termites, le métrage Carrez, le diagnostic amiante et le CREP (constat de risque d’exposition au plomb). 

Quand faut-il réaliser les diagnostics contradictoires ? 

Soit vous les planifiez avant la signature de l’acte de vente, soit après, mais au cours des 12 mois qui suivent ladite signature. En cas d’erreurs, vous pouvez renégocier le prix de vente ou demander une annulation de la transaction en cas d’anomalies fortement préjudiciables. Notez que si les contre-expertises mettent en avant des erreurs préjudiciables au vendeur, ce dernier ne peut plus augmenter le prix de vente. Il peut cependant se retourner contre celui qui a réalisé le diagnostic erroné.